J’en ai pas

Oui pas de titre pour ce post. Dante est venu déposer un commentaire sur l’article précédent je l’en remercie et je lui propose une nouvelle suite de stances qu’il devrait normalement pouvoir déchiffrer ou alors je n’y peux rien! De toute façon la poésie est personnelle et intérieure même si elle dédiée au plus grand nombre.

E.N.K.Y

Au contraire de la pudeur, autrefois noble valeur

A travers ces présents, sans être condescendant

Tout entier, sans retenue, je me met à nu

 

Découvert, sans honte je te livre mon labeur

Hanté des nuits entières par la douleur

Celle que je crains si tu deviens moqueur

 

Fier de trouver à tes yeux réceptivité

Couchés devant toi, ils te rendent grâce

Toi, celui en qui je crois, mon ami à moi

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

Le GRENIER des MOTS-REFLETS... |
.__-@-=^^/^^LEZARD.MECANIQU... |
io |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | gothikatacting
| Création Graphique
| JuLy"P