Et après tout! (2)

livre.jpgMe revoilà avec mon histoire d’envie d’écrire. J’ai profité d’un peu de temps libre pour visiter tout un tas de sites et de blog se rapportant à l’écriture. Je suis régulièrement tombé sur des sites d’auteurs et de journalistes fustigeant les « WANNABE », vous savez tous ces auteurs anonymes qui pensent avoir pondu « le livre »! Les « Vouloir être » y sont copieusement lynchés, mis plus bas que terre et en plus c’est gratuit.  
Pourquoi? Pour rien comme ça, pour le plaisir. Certains se plaignent de recevoir des centaines de manuscrits illisibles ou sans intérêt, ils ne payent pas l’envoie que je sache. De-plus tout ces anonymes sont ceux qui achètent le plus de livres selon une enquête récente donc attention à ne pas trop vouloir faire de l’écriture un art inaccessible au commun des mortels car en ces temps où l’industrie du livre se porte parait-il mal, où tout le monde se plaint du manque de culture des jeunes, il serait dangereux de considérer l’amateur comme « un simple d’écrit ». Je ne dis pas que tout est publiable, mais respectons le travail, et même si l’oeuvre ne sort pas du cercle familial voir amical, elle aura fait un heureux.

Je ne fais pas là mon autodéfense, non, mon dieu que non. Mais considérons que le rêve permet de se satisfaire et que la passion nous grandit jour après jour. Pour finir je vous offre quelques vers qui pourraient très bien aller avec cet article même si ce n’est pas tout à fait le même sujet.

Missive

Bien enfouie dans son conscient
Prêt a surgir sur ce parchemin blanc
Elle apparaît enfin, tout doucement

Mainte fois reprise, corrigée
Elle sera celle qui une fois déshabillée
Lui avouera le pourquoi de ce brasier

Secrètement, il espère l’atteindre
Qu’enfin il puisse de ses bras la ceindre
Que ses mains puissent la peindre

Par lâcheté, il refusa de la refermer
Cette peur imbécile qui vous fait douter
La fit prisonnier dans ce monastère de noyer

Aujourd’hui, de ses mains crispées et douloureuses
Qui jadis lui donnèrent cette envie joyeuse
Il la contemple, regrette, la vie est une dévoreuse

Quand le moment fût venu de fermer les yeux
La peur avait disparu et il lui fit cet aveux
Maintenant, imbécile, c’est là que je te veux

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

Le GRENIER des MOTS-REFLETS... |
.__-@-=^^/^^LEZARD.MECANIQU... |
io |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | gothikatacting
| Création Graphique
| JuLy"P